Phrases

Phrases

Quand le monde sera réduit en un seul bois noir pour nos quatre yeux étonnés, – en une plage pour deux enfants fidèles – en une maison musicale pour notre claire syrnpathie, – je vous trouverai.

    Qu’il n’y ait ici-bas qu’un vieillard seul, calme et beau, entouré d’un “luxe inouï”, – et je suis à vos genoux.

    Que j’aie réalisé tous vos souvenirs, – que je sois celle qui sait vous garrotter, – je vous étoufferai.

Quand nous sommes très forts, – qui recule ? très gais, qui tombe de ridicule ? Quand nous sommes très méchants, que ferait-on de nous.

    Parez-vous, dansez, riez. – Je ne pourrai jamais envoyer l’Amour par la fenêtre.

– Ma camarade, mendiante, enfant monstre ! comme ça t’est égal, ces malheureuses et ces manoeuvres, et mes embarras. Attache-toi à nous avec ta voix impossible, ta voix ! unique flatteur de ce vil désespoir.

Advertisements