French News

“ENCHÈRES : ARTHUR RIMBAUD REVIENT À CHARLEVILLE” – Liberation, Floréane Marinier

Article d’actualite et photo de Liberation

992088-rimbaud_cassis Crédit photo: Liberation

r1-mini Le 8 février, la maison Sotheby’s (Paris VIIIe) a mis en vente plusieurs manuscrits d’Arthur Rimbaud. Ses dessins d’enfance ont été obtenus par le musée de Charleville-Mézières, ville natale du poète.

À dix ans déjà, Rimbaud racontait des histoires. Sept d’entre elles figurent sur une feuille de papier jaunie, imprégnée d’encre noire : ce sont les Plaisirs du jeune âge, estimés de 100 000 à 150 000 euros. Ils ont appartenu au parfumeur et collectionneur Jacques Guérin (1902-2000). Assise sur une luge, une fillette s’exclame, parodie de conte scandinave : «Vive la reine du Nord !» Le garçon qui tire le traîneau de fortune lui répond «Nous allons naufrager». Un autre dessin conte un siège, où quatre personnages lancent des projectiles sur des passants. L’un d’eux, portant un chapeau haut-de-forme, s’indigne dans le jargon ardennais : «Faudra s’plainde de ça.» Rimbaud n’a que dix ans lorsqu’il trace à la plume ces petites bandes dessinées. L’un de ses sept dessins, L’Agriculture, pourrait être son premier autoportrait : il y serait représenté avec son frère Frédéric et ses deux sœurs Isabelle et Vitalie, en train de soigner une plante. Ironie du sort : alors que Rimbaud a voulu fuguer de chez lui dès le collège pour la capitale, ces dessins, mis aux enchères par Sotheby’s, ont été préemptés par le musée de sa ville natale, pour la somme de 118 750 euros.

L’homme aux semelles de vent

Les manuscrits recueillis par Sotheby’s sont de multiples facettes de l’auteur, une autobiographie en morceaux. Un livre de prix, les Caractères de Théophraste de Jean de la Bruyère, est offert à Rimbaud pour ses bonnes notes en rhétorique en 1870 – trois ans avant l’écriture d’Une saison en enfer. L’ouvrage a longtemps appartenu au poète surréaliste Paul Eluard, gage de l’admiration de son mouvement pour l’homme aux semelles de vent. Jacques Guérin en a par la suite fait l’acquisition. Il a été finalement vendu à la librairie Jean-Claude Vrain pour 32 500 euros.

L’exemplaire autographié de la Rivière de cassis (1872), offert à son amant Paul Verlaine un an avant leur violente rupture, plonge dans un paysage onirique, presque médiéval. Le poème est passé de… r2-mini – Liberation, Floréane Marinier

Lire la suite sur http://next.liberation.fr/culture-next/2017/02/10/encheres-arthur-rimbaud-revient-a-charleville_1547378

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s